François DAUDET, qui,à plusieurs reprises,avait fait notre admiration en tant que partenaire de musique de chambre, a montré un autre visage dans sa performance d’hier soir,en tant que soliste : le visage du virtuose.
On est stupéfait,ébloui devant la rapidité, la clarté de ses traits fulgurants et la beauté de ce toucher.
Mais le virtuose n’est agréable que lorsque les moyens techniques sont aux service de la musique, et c’est peut-être pour cela que François DAUDET a été particulièrement émouvant dans la sonate de Mozart,une perfection, les impromptus de Schubert et le nocturne de Chopin.
L’instant des bis nous a valu un dernier feu d’artifices, celui de Debussy. Puis , avec l’ondine du même compositeur,une dernière fusée est venue s’éteindre sur des flots surgis des profondeurs du grand Steinway.

                                                                                                                                André GONNET, le Progrès.

Ce qui frappe d’emblée,c’est la finesse du jeu, la recherche du toucher ;le pianiste François DAUDET semble avoir recréé ce qui se rapproche le plus du jeu de Chopin,si sensible, si délicat. On sent chez cet artiste, le don naturel , la personnalité romantique convenant parfaitement à son répertoire, et le travail raffiné tendant vers la perfection sans relâche.

                    

                                                                                                                               Emmanuelle DORMONT, le bien public.

De plain pied dans l’univers tourbillonnant du carnaval de Schumann, il parcourt ces pages avec un toucher superbe, une sonorité lumineuse,un élan généreux et une virtuosité qui nous enflamme.
Nous laissant admirer pour conclure sa technique de grande classe dans feux d’artifices de Claude Debussy.
Un feu d’artifice aussi brillant que poétique.

                                                                                                                              Les Dépèches.

François DAUDET a consacré son programme de récital à des œuvres de Chopin et Liszt . Grâce à elles, nous avons pu admirer son très beau talent.
Sa réelle sensibilité a été spécialement perçue dans l’étude n°7 op 25 et la 3ème ballade de Chopin, tandis qu’il nous montrait ses possibilités d’évocation dramatique et de virtuosité dans la 12ème étude op25 et le 4ème scherzo également de Chopin.
François DAUDET a su traduire avec bonheur le climat de foi triomphante qui s’oppose aux éléments déchainés par Liszt dans « Légende de Saint-François de Paule marchant sur les flots ».
Avec la Fantasia quasi sonata « après une lecture de Dante » de Liszt, il a magnifiquement terminé ce récital.

                                                                                                                              Lucille BASCOURRET

François DAUDET est un authentique talent, un maître incontestable du clavier.
De Mozart (sonate en fa majeur) aux préludes de Debussy en passant par la sonate en si bémol mineur de Chopin et une composition apocalyptique de Liszt, François DAUDET se joue des pièges inventés par ces génies créateurs de l’art pianistique. On pourrait apparenter sa spontanéité à celle du regretté Samson François.

                                                                                                                              Paris Normandie.

François Daudet who , on several occasions , had already filled us with admiration as a chamber musician showed us another facet of his talent in his performance as a soloist last night : that of a true virtuoso.
The swiftness and clarity of his « virtuoso »passages and the beauty of his touch is dazzling . 
But the virtuoso only sounds pleasant when his technique serves the music – which might be the reason why François Daudet was particularly moving in Mozart’s Sonata – just perfect – as well as in Schubert’s Impromptus and Chopin’s Nocturne .The « encore » was the occasion for a final virtuoso display , Debussy’s fireworks.Then , with « L’ Ondine » also by Debussy, it was as if a last rocket had come to die on the waves raised from the depths of the grand Steinway.    

                                                                                                                           André GONNET, le Progrès.

What strikes you straight away is the subtlety of the playing ,the pianist’s refined touch ; pianist François Daudet seems to have re-created what must have been closest to Chopin’s music playing , so sentitive , so delicate. 
One can feel in this artist the natural gift , the romantic personality that matches his repertoire to perfection , and the kind of refined work that relentlessly aims at perfection.                              

                                                                                                                             Emmanuelle DORMONT, le bien public.

Coming straight into the whirling world of Schumann’s Carnival , he plays through these pages with superb touch , luminous tone,a generous surge and a virtuosity which raises our enthusiasm .
Letting us admire , in his « finale », his grand technique in Claude Debussy’s « Fireworks » .
As brilliant as poetic.
                                                                                                                            Les Dépèches

François Daudet dedicated the programme of his recital to works by Chopin and Liszt , which gave the public the opportunity to appreciate his fine talent. 
His real sensibility could be especially perceived in Chopin’s Study N° 7 Op. 25 and Ballade N° 3 , while in Chopin’s study N°2 Op.25 and 4th Scherzo he showed us his virtuosity and potential for dramatic evocation . 
François Daudet managed to skillfully convey the climate of triumphant faith which contrasts with the raging elements set loose by Liszt in the legend of « St François de Paule marchant sur les flots ». With Fantasia quasi sonata « After reading Dante » by Liszt he beautifully concluded this recital.

                                                                                                                          Lucille BASCOURRET

François Daudet has genuine talent .He is an indisputable master piano- player. From Mozart’s F Major Sonata to Chopin’s G Flat minor Sonata and an apocalyptic composition by Liszt to Debussy’s Preludes , François Daudet makes light of the pitfalls invented by those inspired creators of the pianistic art. His spontaneity could be related to that of the much-missed Samson François.

                                                                                                                        Paris Normandie

contact:

0677809288

f.daudet@orange.fr

© 2023 par Musique Classique. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now